La fabuleuse aventure du canal d’Entreroches

Pierre-André Vuitel

Format: A4, 44 pages, photos couleurs

Prix: CHF 25 + frais de port

 

Les canaux dans le pays de Vaud sont une vieille histoire puisque le premier a été réalisé à Aventicum en l’an 123. C’est au travers de ces deux millénaires que la brochure convie le lecteur, à travers des textes et des reproductions de manuscrits, dont beaucoup, inédits, se trouvent sur grand format. C’est surtout l’occasion de redécouvrir “son” canal, celui d’Entreroches, entre le plateau lémanique et la plaine d’Orbe et son parcours dans les strates du temps.

Cela commence évidemment par un petit résumé sur l’Antiquité, suivi par une page sur le singulier projet de la ville d’Henripolis à Marin-Epagnier en 1628 et ceci en préambule à la fabuleuse histoire du canal d’Entreroches. Tout commence avec l’idée d’un Breton devenu Hollandais par son métier, Elie du Plessis-Gouret, qui veut réaliser la jonction Léman-Plateau suisse par un canal. Après les démarches auprès de leurs Excellences de Berne les premiers travaux commencent en janvier 1638 sous la direction du Hollandais Weiligen.

Si la construction dans la plaine d’Orbe ne pose relativement pas de problème, la cluse d’Entreroches demande plusieurs années d’efforts et c’est seulement en 1648 que l’on atteint Cossonay. De ce dernier lieu au Léman il n’y a que 12,5 kilomètres et pourtant le lac ne sera jamais atteint. L’étude indique toutes les raisons, principalement financières, qui ont fait échoir le projet. Néanmoins, la portion de canal entre Yverdon et Cossonay entre en activité et les manuscrits étudiés nous ont offert toutes les indications nécessaires sur l’exploitation du canal; les biefs, les écluses, les barques utilisées et les marchandises transportées. Du côté humain nous avons surtout à faire aux bateliers, leurs revendications et leurs mœurs plutôt assoiffées. Mais les riverains et les propriétaires non plus ne sont pas oubliés. Les actes de justice sont nombreux et les procès et litiges ne se termineront qu’avec la disparition du canal. Car la fin de l’époque glorieuse du canal approche à grand pas à la fin du 18e siècle; la concurrence de la route, les frais d’entretien, la cupidité de certains ont tôt fait de mettre fin à une exploitation devenue ruineuse. En 1829 l’effondrement du pont-aqueduc du Tallan met un terme définitif à l’utilisation du canal. En lisant les copies des actes et documents de la commune d’Eclépens, qui se clôt en 1841, on peut constater cette issue assez déplorable d’un rêve de liaison entre Rhône et Rhin.

Si pendant plus d’un siècle l’existence du canal est oubliée, son tracé, enfouit dans la végétation, n’est pas effacé entièrement de la mémoire collective. Les murs du passage du Mormont sont classés par les Monuments historiques en juillet 1955, le service d’archéologie cantonal entreprend des sondages et des fouilles en 1985 et de ce fait ouvre la voie à la randonnée pédestre. Malheureusement, une pluie givrante survenue au 1er janvier 2009 suivie d’un fort gel entraîna une importante chute d’arbres et la Cluse d’Entreroches est rendue momentanément inaccessible. Mais dès novembre 2010, les communes d’Eclépens et d’Orny entreprirent les travaux de dégagement tout en évitant d’abîmer les anciens murs du canal. De mars à mai 2011, des bénévoles ainsi que la protection civile finirent le nettoyage et reconstruisirent les chemins. La Cluse d’Entreroches est ainsi à nouveau visible, avec en prime une vue dégagée sur l’ancien tracé du canal.

Cette dernière partie de l’ouvrage, décrite évidemment avec plus de détails, est accompagnée de nombreuses photographies, que l’on trouve aussi abondamment dans les six annexes qui suivent.

  • Annexe I: Documents sur la convention de 1810 entre Eclépens et les propriétaires et la supplique des bateliers à leurs Excellences de Berne.
  • Annexe II: Les différents profils et plans du tracé entre 1640 et 1759.
  • Annexe III: Photographies du début du 20e siècle de l’ancien canal à Yverdon.
  • Annexe IV: Photographies actuelles des vestiges du canal.
  • Annexes V et VI: Un bref résumé sur les projets de canal du Rhône au Rhin au 20e siècle.

 Si aujourd’hui on peut rêver de voir traverser un bateau dans la plaine d’Orbe, on peut également parcourir quatre cents ans d’histoire, les pieds sur terre, sur les chemins du Mormont et sous l’ombre des arbres de la Cluse d’Entreroches.

Inspiration…

L’abri sous roche de Baulmes

L’abri sous roche de Baulmes

Vers 10’000 av. J.-C., au sortir de l’ère glaciaire, des chasseurs-cueilleurs campaient sous une falaise de Baulmes, mot signifiant « abri sous-roche ». Il y a un demi-siècle, des archéologues s’intéressaient à ceux qui sont nos ancêtres directs.

Le viaduc du Day

Le viaduc du Day

Le viaduc du Day relie, dès la fin du XIXe siècle, la Suisse à l’Europe et au monde. Le début d’une histoire ferroviaire plus que centenaire, du train à vapeur au TGV.