À la découverte des richesses du Vallon du Nozon

Anne Pedroni
Format: A4, 68 pages, photos couleurs
Prix: CHF 30 + frais de port

 

Le destin exceptionnel du Vallon du Nozon s’explique peut-être par sa configuration géologique: ce n’est pas une cluse interrompant les crêtes longitudinales du Jura, comme c’est le cas de la plupart des rivières environnantes, mais une faille non perpendiculaire aux plissements et au profil peu profond. Le Nozon ne l’a pas creusée, il n’a fait que s’y glisser!

D’origine valaisanne, Anne Pedroni est une amoureuse de la nature, et c’est en tant que Guide-Interprète du Patrimoine, qu’elle nous accompagne au fil de cette rivière, tout en nous informons de l’histoire de la géologie et de tous les charmants endroits que ce ruisseau jurassien, devenant rivière vaudoise, traverse avant d’aboutir dans la plaine d’Orbe. La faille entre Vaulion et Sur Grati se prolonge jusqu’à la butte calcaire du Mormont, située dans le bassin molassique en face de La Sarraz. C’est ce décrochement qui a favorisé le passage du Nozon vers la plaine.

Le mot Nozon viendrait du celtique novio, novios, “nouveau” ou “fraîche”, dans le sens de source fraîche, combiné avec le celtique ona, eau. Dès 642 en tout cas, le Nozon aurait pris son nom actuel avec la forme novio ona, nouvelle eau ou eau fraîche.

Cette rivière, issue de la chaîne jurassienne vaudoise, prend sa source au «Cul du Nozon». Elle traverse Vaulion puis Romainmôtier qui se situe à 659 m d’altitude. La localité d’Envy y est rattachée. Croy se situe à 644 m d’altitude et fut le lieu de croisement entre l’itinéraire Bourgogne-Léman, Gaule-Rome et Provence-Germanie. Voilà qu’après Croy, notre rivière continue sa descente.

C’est l’occasion d’admirer la Chute du Dard, jolie cascade qui annonce un magnifique parcours au pied des falaises de calcaires, entre mousses et fougères. Au printemps, le parfum de l’ail des ours emplit les narines et les tapis de nivéoles charment les yeux! Saint-Didier est l’ancien nom de Saint-Loup, qui viendrait du moine Lupicin. Adossé aux premières pentes du Pied du Jura, à 490 m d’altitude, le village de Pompaples s’étale sur les flancs des collines formées par l’arrivée du Nozon sur la plaine, au débouché de ses gorges surmontées de falaises. Le village d’Orny se situe sur la route La Sarraz – Orbe, au pied de la colline calcaire du Mormont et près du point de partage des eaux rhodaniennes et rhénanes.

La pente du lit du Nozon devient particulièrement douce à Orny, ce qui réduit sa capacité à évacuer les crues. Voilà, notre rivière est arrivée dans la plaine de l’Orbe. Elle va bientôt rejoindre le Talent et tous deux afflueront dans l’Orbe pour rejoindre le lac de Neuchâtel. Parcours d’une rivière issue du Jura vaudois: histoire d’eau… histoires d’hommes…

Toujours dans le cadre de son étude, Anne Pedroni s’est entretenue avec la Présidente de l’Association touristique de Romainmôtier, Mme Rösli Gaudard et avec Mme Françoise Locatelli. Un dernier avis nous est donné par Mme Françoise Locatelli, propriétaire du restaurant Le Gaulois à Croy-Romainmôtier et ancienne syndique de cette commune.

Inspiration…

L’abri sous roche de Baulmes

L’abri sous roche de Baulmes

Vers 10’000 av. J.-C., au sortir de l’ère glaciaire, des chasseurs-cueilleurs campaient sous une falaise de Baulmes, mot signifiant « abri sous-roche ». Il y a un demi-siècle, des archéologues s’intéressaient à ceux qui sont nos ancêtres directs.